La Collectivité Francophone Régionale de Zárate

Zarate (Photo de groupe)

De gauche à droite, Michel MENINI (Conseiller consulaire), Cecilia CORDERO (Vice-Présidente Collectivité), * José Luis PINO (Artiste-Métallurgie pour « Tour Eiffel »), Liliana BELANGER (Présidente Collectivité), Lucia MARTINEZ (Chanteuse), Graciela OLGUIN, Joaquin SOFFREDINI (Chanteur), Graciela BELLANGER et Marcelo AGUIRRE (Musicien-compositeur)

J’ai pris, et notamment depuis mon élection comme Conseiller consulaire en Argentine, l’initiative de m’intéresser davantage aux sociétés françaises et autres associations francophones existantes dans ce pays.
Il y a, en effet, un véritable besoin de recensement avec des informations d’actualisation à collecter, notamment, par l’intermédiaire des Alliances Françaises et des Consuls Honoraires établis en provinces.
Je lance donc un APPEL public en ce sens car la liste figurant sur le site du Consulat Général n’est plus à jour.

A titre d’exemple bien significatif, je vous présente une vidéo de la « Colectividad Francoparlante de Zárate » dans la province de Buenos Aires (à 90 km de la Capitale Fédérale) ; j’ai pu rencontrer cette association (fondée en juin 2012) lors d’une agréable soirée-rencontre, en date du samedi 23 janvier dernier, sur invitation de sa présidente Liliana Luisa BELANGER CAGIANO.

Madame BELANGER est toujours à la recherche de soutiens et de donations en tous genres (y compris d’ordre pécuniaire) pour permettre le développement de l’association et la proposition de nouvelles activités.

Je dois avouer que son dynamisme m’a impressionné et je lui ai promis de revenir à Zárate pour l’inauguration des deux wagons de chemins de fer (lire ci-après l’extrait du courriel que j’ai reçu en date du 30 mai 2016)

Si vous souhaitez la contacter directement afin de profiter de sa propre expérience, vous pouvez le faire via l’adresse électronique : colectividad.francoparlante@gmail.com


Extrait du courriel que j’ai reçu, en date du 30 mai 2016, de cette même collectivité:

La Collectivité Francophone Régionale de Zárate (Province de Buenos Aires) porte le nom de mon grand-père: Pierre-Auguste BELLANGER. Elle a été fondée en juin 2012 parce que j’ai voulu lui faire un hommage. lI est venu d’Angers en 1900 à l’âge de 22 ans, avec sa mère Mathilde DESAÎTRE et sa soeur, Louise BELLANGER.

A l’occasion de chaque 14 juillet, nous célébrons la Francophonie. Par ailleurs, notre collectivité a commencé à assister à des événements organisés à Buenos Aires (UFE, Anciens Combattants, CALAF, etc.) et aussi à Pigüe, Mar del Plata.

Notre but est celui de la diffusion de la culture francophone et de la faire connaître aussi dans tous les quartiers de la ville de Zárate, et pour toutes les classes sociales, parce que nous ressentons qu’il existe l’amour et la passion de cette civilisation et de sa langue.

Pour cette raison, après 4 ans de beaucoup de travail, nous avons contacté “Ferrocarriles Argentinos” et lui avons demandé des wagons usagés pour être utilisés par notre collectivité en guise de salles d’accueil-rencontre.

Les autorités de “Ferrocarriles Argentinos » ont été très intéressées par notre proposition et nous ont ainsi offert deux wagons en commodat. Ils possèdent approximativement les mesures suivantes: 22 m de longueur, 3 m de largeur et 3 m de hauteur.

L’un sera destiné aux enfants pour leur offrir un goûter français avec une projection de dessins animés en français; nous l’appellerons “Le train de la Joie”.
L’autre sera pour les adultes comme bibliothèque « Simone de Beauvoir » et café « Chez Toi ».

Le Maire de la ville nous a déjà montré l’emplacement pour les deux wagons. Il faut encore compléter les démarches administratives officielles pour concrétiser ce rêve, et nous aurons finalement « Notre Maison ».

Notre collectivité a prévu de mettre à disposition cet endroit à l’Alliance Française de Campana et, aussi aux autres collectivités locales qui ne disposent pas d’un espace ou bureau pour s’y réunir.

Comme nous considérons que le fait de partager est le fondement de la Culture, nous avons décidé d’offrir des cours de français, d’accordéon à piano, flûte champêtre, guitare, flûte, chant, art français, théâtre pour les enfants, cuisine française, etc.

Nous vous saluons avec nos sentiments les plus distingués.

CFR-PABLiliana BELANGER (Présidente)

Cecilia C. CORDERO (Vice-Présidente)

colectividad.francoparlante@gmail.com



* José Luis PINO (Artiste-Métallurgie pour « Tour Eiffel ») www.steel-pine.com.ar et http://www.metpino.com.ar

toureiffel-pino-sm

Ambassade de France – 14 juiller 2014 (prêtée par José Luis PINO)
Publicités

Fondation d’Entraide des Français d’Argentine (FEFA)

A l’issue de la réunion de la fondation d’entraide des Français d’Argentine tenue le 17 mars 2016, le bureau et les bénévoles se sont réunis dans les locaux du Consulat général, avec la participation au buffet-rencontre de trois Conseillers consulaires élus pour l’Argentine (Marc JAMIN, Michel MENINI et Suzanne THIAIS).

Photo au Consulat Général avec les bénévoles FEFA

De gauche à droite : Marc Jamin, Janik Troadec, Sébastien Yanni, Fernando Iranzi, Hélène Imaz, Iselda Colorio, Marie-Geneviève Grandjean, Luis Bouteiller, Adriana Butorac, Michel Menini, Matilde Alcorta, Raphaël Trannoy, Jean Girard, Suzanne Thiais, Carlos Schwartz.

Crédit photo: Consulat Général de France

Présentation FEFA et instructions pour des donations solidaires

http://www.entraidefrancaise.org  /  contact@entraidefrancaise.com.ar

Visite du « Parc de la Mémoire » à Buenos Aires, avec l’exposition temporaire « Aide de la France » – Mercredi 13 avril 2016

Photos-CADIC-BuenosAires-4

En compagnie de ses collègues du Groupe d’amitié sénatorial France-Pays du Cône Sud, de Michel MENINI (Conseiller consulaire) et de Charles-Henry CHENUT (Vice-Président du Conseil National des CCEF), le Sénateur Olivier CADIC a pu visiter le « Parc de la Mémoire », situé le long du Rio de la Plata ( Av. Costanera Norte 6745);  cet espace public a été inauguré en 2007 en hommage aux victimes de la répression d’Etat pendant les années noires de la dernière dictature militaire en Argentine (1976-1983).

A cette occasion, nous avons découvert l’exposition de photographies dans l’espace muséal du parc, consacrée à l’aide de la France aux victimes de la dictature. Cette exposition, prévue pour quelques mois, a été inaugurée par le Président de la République Française, en date du 25 février dernier.

 (A l’image) Rencontre émouvante du Sénateur Olivier CADIC avec le Français Eric DOMERGUE, au Parc de la Mémoire, devant le mur des disparus dont son frère Yves.

Quarante ans après le coup d’État de 1976, Eric a écrit l’histoire d’une famille et de son frère, un Français qui a tout donné pour son pays d’adoption, l’Argentine. Son livre a été publié sous le nom de « Huesos desnudos » (« Les os nus ») qu’il a rebaptisé provisoirement « Un frère parmi tant d’autres ». Il est à la recherche d’un éditeur pour la publication de son livre en langue française.

Voir site: www.yvesdomergue.com

Brochure à propos des Français disparus en Argentine (dictature 1976 -1983)

Adresses utiles pour profiter de Buenos Aires et de Cordoba

Opinions de deux Gadzarts (Ingénieurs Arts et Métiers ParisTech) sur Buenos Aires et Cordoba en tant que leurs villes d’accueil

Pierre IANNI (promotion Aix 1972) à Buenos Aires

Mylane BARNIER (promotion Cluny 2012 + UNCordoba avec double-diplôme) à Córdoba

 

Lire aussi le nouveau guide « Buenos Aires, insolite et secrète » écrit par deux journalistes argentins, Valeria SAMPEDRO et Hernán FIRPO / publication en version française et en version argentine (édition et impression en Argentine, en mai 2016 par Editions JONGLEZ, www.editionsjonglez.com).

 

S’INSTALLER À BUENOS AIRES – Quels sont les endroits préférés des Français ?

De plus en plus de Français – étudiants, expatriés ou simples voyageurs – se laissent séduire par la capitale argentine, résolument cosmopolite et dynamique. Quels sont leurs restaurants de prédilection ? Dans quels quartiers apprécient-ils se promener ?

Lire la suite

Source: lepetitjournal.com, vendredi 20 mai 2016

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

Mercredi 15 juin 2016

Monsieur le Président de la République,

À l’heure où vous soulignez les atouts de l’industrie française dans la création de richesses et d’emplois, votre gouvernement se prépare à casser les liens privilégiés que les élèves ingénieurs de l’école nationale supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM) tissent avec le monde industriel depuis plus de deux siècles ! Ce lien se noue par la médiation de l’association des anciens : la Société des ingénieurs Arts et Métiers, depuis 1846.

Pourtant, cette réussite, ce niveau d’excellence, cet engagement constant au service de notre industrie sont menacés par un projet de réforme de la gouvernance de l’ENSAM, porté par le ministère de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le projet de décret en cours d’élaboration prévoit de modifier la composition du conseil d’administration de l’école, conduisant à une représentation très minoritaire des anciens élèves qui, pourtant, incarnent son ancrage industriel et territorial. Cette réforme aboutirait à la création d’une gouvernance « hors sol », centralisée et isolée, coupée de tout lien avec les ingénieurs diplômés et les implantations territoriales.

Les Arts et Métiers regroupent 33 000 ingénieurs diplômés, dont 6 000 dirigeants d’entreprises, 6 200 étudiants accueillis sur 8 campus et présents dans le monde entier, 1 100 diplômés chaque année, 400 enseignants, des chercheurs, des actifs en formation continue. De plus, 2 000  anciens élèves, totalement bénévoles, œuvrent au quotidien pour l’ENSAM. La société des ingénieurs Arts et Métiers finance, chaque année, des projets de recherche, des séjours à l’étranger, des logements étudiants, des bourses et des prêts aux élèves, favorisant ainsi l’ascension sociale.

Les Arts et Métiers tirent leur force de leur histoire, de leur vision de l’avenir industriel, de la qualité de la formation académique de l’ENSAM et de leur constante capacité d’adaptation.

L’ENSAM tire sa force du lien avec les territoires dans lesquels elle est implantée.
L’ENSAM tire sa force de la collaboration entre les étudiants et les anciens élèves.

Alors, Monsieur le Président de la République, pourquoi affaiblir l’un des fleurons de l’enseignement supérieur français, alors que notre pays évolue dans la compétition mondiale et a tant besoin d’ingénieurs performants et responsables ?

Pourquoi vouloir éloigner les anciens élèves de la gouvernance de l’école, alors même qu’ils allient expérience industrielle et connaissance des spécificités de la formation ? Pourquoi vouloir détruire le lien fort entre les anciens élèves et les étudiants, qui garantit la transmission des savoirs et des valeurs ? Pourquoi vouloir écarter les territoires, riches de leurs complémentarités, de cette gouvernance ?

Monsieur le Président de la République, il est encore temps de montrer le soutien de l’état à celles et ceux qui ont contribué, contribuent et contribueront au futur de l’industrie française. Comme il est encore temps d’arrêter une réforme qui déstabilise inutilement et menace la qualité de l’une des meilleures formations d’ingénieurs, reconnue dans le monde entier.

Le décret n’étant pas encore publié, nous souhaiterions qu’un dialogue avec l’ensemble des acteurs concernés s’engage rapidement.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Jacques PACCARD, président de la Société des ingénieurs
Arts & Métiers, pour les 33 000 ingénieurs Arts et Métiers

Voir la lettre online

unnamed

Petit déjeuner avec le nouvel Ambassadeur d’Argentine en France, S.E. Jorge FAURIE

Organisée par la CCIFA – 29/03/2016

25513203174_715c5fc4a4_z

De droite à gauche, S.E. Jorge Marcelo FAURIE (Nouvel Ambassadeur d’Argentine en France), Pauline ACCARD (Association Form’ Oser) et Michel MENINI (Conseiller consulaire)
Source photos: Nadège Gaillard, Photographer

26118574705_5bdefc3f91_z25845764550_69b29832ec_z

Michel MENINI évoquant les difficultés de l’application de la convention franco-argentine de sécurité sociale et demandant publiquement à S.E. Monsieur l’Ambassadeur d’Argentine de bien vouloir intervenir, en relation avec les autorités concernées, sur ce dossier important pour les retraités et futurs retraités concernés dans nos deux pays (cela concerne tant les retraites que les pensions).

Permis de conduire pour les personnes établies hors de France – 31 mars 2016

Le décret n° 2016-347 du 22 mars 2016 facilitant le renouvellement du permis de conduire français des personnes établies à l’étranger et l’échange du permis français contre un permis étranger assouplit les règles de délivrance de duplicata de permis.

 

En effet, si vous vivez en dehors de l’Union européenne, vous êtes actuellement contraint, en cas de perte ou de vol de votre permis deconduire, de repasser les épreuves dans le pays dans lequel vous êtes établi afin d’obtenir un permis étranger.
A partir du 1er juillet 2016, si vous êtes dans ce cas, et si vous avez conservé votre résidence normale* en France, vous pourrez demander un duplicata de votre permis perdu, volé ou détérioré auprès du poste consulaire dont vous dépendez. Le poste transmettra votre demande, par valise diplomatique, à la préfecture chargée de l’instruction.
L’Assemblée des Français de l’Etranger avait adopté à l’unanimité une résolution en ce sens en mars 2015.
*On entend par résidence normale le lieu où une personne demeure habituellement, c’est-à-dire pendant au moins 185 jours par année civile, en raison d’attaches personnelles et professionnelles, ou, dans le cas d’une personne sans attaches professionnelles, en raison d’attaches personnelles révélant des liens étroits entre elle-même et l’endroit où elle demeure. Toutefois, la résidence normale d’une personne dont les attaches personnelles sont situées en France mais qui est établie à l’étranger pour y poursuivre ses études, une formation, un stage ou pour l’exécution d’une mission d’une durée déterminée, se situe en France.

 

 

Message de Mme Jacky DEROMEDI
Sénateur représentant les Français établis hors de France

Chers amis,

Après analyse du récent décret n° 2016-347 du 22 mars 2016 relatif au permis de conduire, j’ai jugé opportun de m’adresser aux ministres de l’Intérieur, des Affaires étrangères et à M. Macron pour leur signaler un certain décalage entre les préconisations de mon amendement sur ce sujet adopté à l’unanimité par le Sénat en 2015 et vos aspirations (cf lettre ci-jointe adressée individuellement aux trois ministres). Même si ce décret comporte des améliorations qui constituent un premier pas, il est nécessaire d’obtenir de nouvelles avancées.
J’entends donc m’engager à nouveau dans ce combat, en lien avec mes collègues députés et sénateurs, les membres de l’AFE et des conseils consulaires, car il s’agit de l’intérêt de nos compatriotes, l’union seule faisant la force.

Bien à vous.

Mme Jacky DEROMEDI
Sénateur représentant les Français établis hors de France


Afficher lettre de Mme Jacky DEROMEDI